fbpx
Blog

Green UX, le web écoresponsable

Les propriétaires et créateurs de sites web ont leur rôle à jouer dans la réduction de l’empreinte carbone liée au web.

L’urgence climatique impacte tout le monde. Or puisque le problème est collectif, la réponse ne peut qu’être collective elle aussi. C’est pourquoi même dans le web, il convient d’essayer d’éveiller les consciences, et de s’efforcer de rendre notre navigation internet moins polluante.

Dans cet article, nous allons traiter de green UX, ou comme on le dit par chez nous, d’écoconception de sites internet. Nous allons voir quels sont les bons réflexes à adopter lorsqu’on crée un site web, et quels sont les points sur lesquels on peut être attentifs pour proposer à ses visiteurs une navigation web écoresponsable.

Quelques chiffres à propos de la pollution liée au web :

Contrairement aux apparences, internet pollue. Et il pollue beaucoup.

Comme vous le savez, internet fonctionne à l’électricité. C’est elle qui alimente les centres de données, nos smartphones, pc et autres tablettes, et c’est aussi elle qui alimente en énergie les réseaux de télécommunications autour du monde. Or tout cela représente, en une seule année, 416,2 térawatts par heure. C’est-à-dire l’équivalent de la consommation électrique de l’Allemagne.

Vous avez bien lu : la pollution liée au web correspond au besoin électrique d’un grand pays européen. Cela représente 2% de la consommation électrique mondiale. C’est aussi l’équivalent de la quantité de carbone émise par l’industrie aéronautique.

Il va sans dire que ce chiffre énorme augmente considérablement d’année en année, de plus en plus de monde ayant accès au web, et nos besoins grandissant chaque jour davantage. Ainsi, la pollution liée à internet pourrait d’ici 10 ans seulement atteindre jusqu’à 3,5% des émissions mondiales de carbone.

Dès lors, chaque clic sur votre souris est concerné.

À chaque fois que vous lancez une page web, ce sont entre 20 et 300 milligrammes de CO2 qui sont émis par seconde. Dans un article précédent (Quelques faits incroyables à propos d’internet), nous écrivions qu’au moins 3,5 milliards de recherches (80 000 par secondes) étaient faites chaque jour sur Google : cela laisse donc songeur quant aux améliorations possibles en démocratisant simplement la green UX !

Pour avoir un site internet écolo, soyons minimalistes :

Ici, nous parlons de minimalisme compris dans le sens où l’on ne garderait que le nécessaire. Un site internet moins lourd à charger est naturellement aussi moins polluant. Il faut par exemple se demander, pour chaque élément présent sur le site, s’il est bien nécessaire. Peut-être que nous pourrions en effet supprimer telle sidebar ou telle image, sans impacter le moins du monde l’expérience utilisateur ?

En réalité, cela pourrait même améliorer l’UX dans la mesure où votre site aurait un temps de chargement plus rapide !

La green UX passe par la compression de vos images et de vos vidéos

Mais ce minimalisme doit aussi s’appliquer lors de la mise en ligne d’images. Une bonne green UX passe en effet, d’une part, par la suppression des images qui ne seraient pas réellement nécessaires à votre projet, et d’autre part par la compression de celles que vous avez finalement décidé de garder.

Notons ici que la surutilisation d’images est un phénomène récent. Au milieu des années 90, lors du boom d’internet, les utilisateurs passaient leur temps à naviguer sur des pages à peu près vides. Bien sûr, nous ne voulons pas dire que votre site web écoresponsable doit nécessairement ressembler à un site ayant 30 ans de retard, mais peut-être existe-t-il un juste milieu entre la surabondance est le désert pictural.

Certains pourront éventuellement opter pour les images vectorielles, moins exigeantes en énergie que les images traditionnelles.

Ecoconception de sites internet et intégrations vidéos

Youtube, c’est 37% du trafic mondial sur mobile, 720 000 heures de vidéos ajoutées chaque jour, et 30 000 heures de vidéos visionnées par heure.

Vous trouvez cela énorme ? Sachez que Netflix est loin devant. Et, bien sûr, pandémie oblige, une nette explosion de ces chiffres est en cours au moment où nous écrivons ces lignes.

Il est donc important de réfléchir son site internet à la lumière de ces données proprement énormes. Vous pouvez, à votre niveau, influer sur la pollution liée aux vidéos sur le web. Comment ? Tout simplement en compressant vos vidéos, et en les réduisant au maximum. Peut-être n’avez-vous pas besoin d’une qualité en 1080p, ou d’une vidéo de 35 minutes ?

Vous pouvez aussi opter pour la suppression de la lecture automatique sur votre site internet. Ce sera alors à l’utilisateur de choisir de les lire ou non.

Optez pour un hébergement écologique

On y pense peu, mais le choix de l’hébergeur est important si l’on veut offrir une navigation web écoresponsable, étant donné que tous les hébergeurs n’ont, en la matière, pas la même politique.

Or il existe aujourd’hui des hébergeurs ayant fait le choix d’opter pour des énergies renouvelables au sein de leurs data centers (que ce soit pour le fonctionnement propre des machines, ou pour leur système de refroidissement par exemple). De la même façon, quiconque aura le souci d’offrir à ses usagers une navigation internet plus verte pourra porter son attention sur le fait de choisir un hébergeur « local » (oui oui, comme lorsqu’on choisit ses légumes au marché), puisque cela réduit d’autant la consommation liée à l’acheminement énergétique de vos données.

Si vous voulez tout savoir sur les hébergeurs web les plus écoresponsables, n’hésitez pas à faire un tour sur le site de la Green Web Foundation.

Enfin, si vous vous posez la question de l’écoresponsabilité d’un site web déjà existant, vous pouvez connaitre son empreinte carbone grâce à l’outil Website Carbon Calculator.

Interested Working
With me? Let's connect!